Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Mendy, notre héraut

Bernard Mendy est-il un "bon" Ballon de Plomb? Un trophée parodique a-t-il vocation à être pris au sérieux? Présentation – avec tendresse – du lauréat 2006.
le 12 Dec 2006

 

Avec 23,14% des suffrages exprimés, Bernard Mendy, défenseur du Paris Saint-Germain, emporte la quatrième édition du Ballon de Plomb. Il devance Stéphane Dalmat (16,06%), qui avait pourtant pris un meilleur départ, et Frédéric Déhu (10,51%). Mendy rejoint ainsi au palmarès Francis Llacer (2003), Fabrice Fiorèse (2004) et Benoît Pedretti (2005).

Cette année, ce sont plus de 10.000 votants qui ont fait la décision, du 20 au 30 novembre dernier, confirmant l'engouement autour du "trophée le moins prestigieux du football français", qui rend un hommage mérité aux anti-héros de notre championnat.


Un joueur symbole

bdp_mendy2.jpgC'est d'ailleurs avec une certaine tendresse que la rédaction des Cahiers du foot accueille Bernard Mendy dans son Panthéon à l'envers. D'abord parce que sa persévérance est récompensée: comme François Mitterrand ou Jacques Chirac, le Parisien est sacré à sa troisième tentative. Ensuite parce que son principal "tort" est finalement d'endosser un nombre excessif de fardeaux. Représenter la nullité de la formation française en matière de latéraux. Incarner le profil physique du joueur moderne, qui semble plus taillé pour les pistes d'athlétisme que pour les terrains de foot. Avoir suscité des espoirs excessifs. À sa décharge, on portera surtout le fait que c'est le Paris-SG tout entier qui hérite du trophée, en même temps que son joueur-symbole.

Bernard Mendy a entretenu sa propre légende: ses rushes à cent à l’heure sur l’aile droite qui s’achèvent neuf fois sur dix par un centre dans les tribunes sont entrés dans la mémoire collective du Parc, au même titre que les envolées de Lama ou les coups de patte de Susic. Son placement défensif douteux, qu’il compense généralement par des tacles de desperado, fait souvent le bonheur (mais aussi la terreur) des ailiers gauches adverses. Et puis, n’est-il pas l’un des derniers joueurs de Ligue 1 à être régulièrement sanctionné pour ses mauvaises touches?

On remarquera aussi que des trois critères d'élection du BdP – qualités intrinsèques, choix de carrière, mentalité – Mendy ne souscrit pas du tout au dernier. Aussi renoue-t-il en partie avec la tendance "canal historique" du trophée, défendue par de nombreux lecteurs sur le Forum, qui souhaitent que le trophée revienne à un joueur limité mais sympathique, plutôt qu'à une tête de Turc...
Il reste que les controverses ne seront pas moindre que pour le Ballon d'Or: il semble même que les désaccords qui déchirent traditionnellement les amateurs de football sont encore plus vifs s'agissant des "mauvais" joueurs que des bons. Dans notre sport préféré, il n'y a décidément pas de vérité absolue. Même si chacun prétend la détenir.

Par bonheur, Bernard Mendy semble taillé pour accueillir la récompense avec l'humour nécessaire: ne se déclarait-il pas récemment "champion du monde des centres au troisième poteau"? Et à 25 ans seulement, il a encore le temps de se refaire... une carrière.


Les résultats complets
Nombre total de voix : 10181

1. Bernard Mendy : 23.14 % - 2356 voix
2. Stéphane Dalmat : 16.06 % - 1635 voix
3. Frédéric Déhu : 10.51 % - 1070 voix
4. Christian Gimenez : 8.29 % - 844 voix
5. Steve Marlet : 7.09 % - 722 voix
6. John Carew : 6.7 % - 682 voix
7. Grégory Vignal : 5.32 % - 542 voix
8. Blaise Kouassi : 5.02 % - 511 voix
9. Mourad Meghni : 4.57 % - 465 voix
10. Camel Meriem : 4.12 % - 419 voix
11. Olivier Kapo : 2.89 % - 294 voix
12. Damien Grégorini : 2.04 % - 208 voix
13. Bruno Cheyrou : 1.7 % - 173 voix
14. Mohamed Kallon : 1.7 % - 173 voix
15. Carlos Henrique : 0.85 % - 87 voix

Réactions

  • Loul le 13/12/2006 à 10h41
    L'élection cette année de Bernard Mendy manque désespérément de sens et finalement le grand tort de ce "trophée parodique" c'est peut-être bien de ne pas être drôle du tout.
    D'ailleurs il est piquant de relever le ton de votre article qui s'excuse presque de devoir constater les dégâts à la sortie des urnes.

    Vous écrivez "des trois critères d'élection du BdP – qualités intrinsèques, choix de carrière, mentalité – Mendy ne souscrit pas du tout au dernier".
    Mais à combien de critères peut-il bien prétendre souscrire au juste ?

    Car voilà un joueur qui, hormis un prêt d'une saison pour se relancer en Premier League, n'a connu que 2 clubs en 8 ans. Il est sous contrat avec le club de la capitale depuis plus de 6 ans. Est-ce un choix de carrière douteux ?

    Dans l'absolu et pour peu que les valeurs désuètes, dont on attendrait qu'elles soient plutôt défendues par les cahiers du football, comme l'attachement à un maillot et le refus de multiplier les clubs en se vendant au plus offrant au mépris de toute considération sportive, puissent être remises en cause, au fond, on peut l'envisager. Ainsi rester si longtemps dans un club que l'on chargera allégrement de tous les maux pourrait éventuellement être considéré comme un mauvais choix de carrière...

    Mais le serait-ce vraiment pour un joueur qui serait si dépourvu de qualités intrinsèques ?
    Rester titulaire, dans un club aussi exposé médiatiquement, en évinçant régulièrement les joueurs en concurrence avec lui pour ce poste, serait définitivement à mettre à son actif...

    Et, au fait, est-il si mauvais que cela notre brave Ballon de Plomb 2006 ?
    Car enfin, si vous avez pointé justement ses lacunes, qui ont le gros défaut d'être spectaculaires, les habitués du Parc des Princes lui savent gré de ses performances défensives. Non seulement il bloque très bien son couloir, ce qui est généralement l'attente principale des entraîneurs lorsqu'ils en viennent à choisir un défenseur latéral, mais en plus il se montre bien souvent décisif hors de sa zone pour sauver des ballons que l'on verrait bien souvent finir au fond des filets sans son intervention.

    Finalement, outre le fait d'appartenir au club si peu aimé de la capitale, son plus grand tort aura bien été de rater totalement une saison, il y a deux ans, après avoir réussi la plus belle de sa carrière qui l'aura même vu sélectionné en équipe de France. Depuis lors il a retrouvé progressivement ses qualités et s'il garde encore ses défauts, qui le rendent aussi exaspérant aux yeux de certains, qu'attachant pour d'autres, il est un pilier d'un club et sa responsabilité dans les résultats actuels du club est tout sauf évidente, au contraire de certains de ses camarades de clubs.

    Alors que penser de cette désignation qui semble peu logique ?

    Et bien il y a peut-être quelque chose de définitivement pourri dans le royaume du jeu des média.
    A vouloir bénéficier à plein des reprises des dépêches dans la presse et par tel grand site d'information sur le web, les cahiers on pris le risque conscient de drainer des milliers d'électeurs peu imprégnés de la culture, des messages et de l'humour porté par leur titre et d'en subir les retombées négatives en terme d'image d'un vote qui sera perçu par beaucoup comme un vote bête, méchant, ni drôle, ni informé, un vote de footix en somme.
    Une notoriété plus importante vaut-elle de troubler son identité et de brouiller son message ?

    En ces temps où être abonné au PSG peut être bien difficile, c'est curieusement le statut d'abonné aux cahiers du football qui va finir par être le plus difficile à assumer.

  • Croco le 13/12/2006 à 10h50
    Juste pour savoir, même les noms inscrits sur les Cdf pouvaient voter?
    Ce serait un peu bizarre car on va se retrouver à justifier/expliquer/critiquer/tenter de comprendre un vote qui n'aurait peut être pas été celui de la majorité des intervenants habituels.
    Solution éventuelle -> Limiter les votants aux membres.

  • Croco le 13/12/2006 à 10h50
    non inscrits...
    A côté de mes pompes je suis...

  • Ponda le 13/12/2006 à 10h59
    Dès les résultats publiés, le lobby parisien se met en place, tel un Gula la déclaration est simple : "On s'est fait voler, j'ai un dvd de toutes les nomminations de bdp en notre défaveur! On méritait pas ça! Que se passe-t'il si Mendy n'est pas une chèvre ? le résultat est pas le même !"

    J'ai voté Mendy et m'en félicite.

  • 5ylV@iN le 13/12/2006 à 11h13
    Merci les CdF pour ce chouette mois de novembre électoral.
    Mes salutations vont à Grégorini et à ses soutiens qui se sont acharnés sur le forum. Tout ça pour un score inférieur à 5 % (et pas de prise en charge des frais de campagne donc). La première vignette de 2006 sera toujours dans nos cœurs. A Fred Déhu, qui conjuguait pour moi les qualités de jeu de Philippe Jeannol, Michel Bibard et Claude Lowitz réunis plus la mentalité de Fiorèse en plus arrogant. A Blaise Kouassi seul digne descendant de Cisco Llacer.
    Et à Bernard Mendy finalement le ballon de plomb le plus consensuel, le plus fédérateur de tous les courants des votants.

    Bravo Nanard, la tenacité est toujours récompensée.

  • Le_footix le 13/12/2006 à 11h23
    "Aussi renoue-t-il en partie avec la tendance "canal historique" du trophée, défendue par de nombreux lecteurs sur le Forum, qui souhaitent que le trophée revienne à un joueur limité mais sympathique, plutôt qu'à une tête de Turc..."


    Et là, tout est dit. Bravo Nanard ! On n'est pas là pour s'acharner sur les Pedretti mais pour rigoler avec les latéraux droits du PSG.

  • tessacha le 13/12/2006 à 11h30
    N'est ce pas tout de même étrange que l'on se torture tant l'esprit à trouver des arguments aussi sérieux à une distinction qui se refuse tant de l'être?...

  • Bamogo Cadiz le 13/12/2006 à 11h40
    Pas si surpris que ça de retrouver les "grosses calibrées" en tête du classement... combien d'équipes de L1 seraient contentes de les avoir dans leur effectif ?
    Par contre les 9 derniers...



    tessacha - mercredi 13 décembre 2006 - 11h30
    N'est ce pas tout de même étrange que l'on se torture tant l'esprit à trouver des arguments aussi sérieux à une distinction qui se refuse tant de l'être?...

    Parce qu'on a voté Dalmat au final, en pensant voter utile, et qu'à la vue des résultats, on regrette de n'avoir pas voté Vignal, Kapo ou Gregorini !

    M'enfin Mendy fait un beau BDP, un looser sympa, un héraut de ce site, bref un pilier de la culture CDF.

  • beberdo le 13/12/2006 à 11h41
    Bien sage parole tessacha. Je plusune, comme on dit dans le coin.

  • olerouge le 13/12/2006 à 11h41
    Loul - mercredi 13 décembre 2006 - 10h41

    Difficile de ne pas être d'accord avec toi. Je pense aussi que ce sont les cahix qui ont élu Bernard Mendy. Ceux qui rigolent dès qu'ils aperçoivent un maillot du PSG dans les Guignols ne pouvaient pas voter pour un autre que Mendy. D'ailleurs connaissaient-ils seulement un des autres nominés.

    Il est à mon avis meilleur que la moitié des latéraux droits qui peuplent notre championnat de France. Il est fidèle au PSG (ça doit être ça, le critère "mentalité") et il a le sens de l'autodérision(ce qui est plutôt rare dans le foot; voir son joga bonito).

    Au fond, ce ballon de plomb lui irait parfaitement, si les votants et les medias savaient que le principe du Ballon de Plomb n'est pas de désigner quelqu'un à la vindicte populaire.