Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

CDF sound system

Critiques d'albums, révélations, concerts et auto-promotion...

  • khwezi le 08/11/2023 à 15h42
    Dans mes bras. Je t'aime.

  • khwezi le 08/11/2023 à 15h49
    Le bonheur d'écouter la discographie des Kinks (j'adore bien évidemment) c'est leur longévité et la façon dont ils ont épousé tous les courants musicaux de la Pop avec bonheur. Big Black Smoke, you really got me, sitting on my sofa, Sunny afternoon (ma préférée… the taxman taken all my dough….), Waterloo sunset etc etc. Un groupe incontournable mais jamais vraiment à l'avant garde, des suiveurs de génie par contre.

  • JauneLierre le 08/11/2023 à 16h31
    Je surenchéris d'un "Village Green..." pour les Kinks, découvert à peu près à la même époque que "Pet Sounds" ou "Friends" des Beach Boys et la discographie des Beatles post 64 : j'ai alors réalisé que derrière les arbres des tubes neuneus, aux riffs simples -mais accrocheurs- ou surf "happy", se cachaient des forêts de morceaux magnifiques, profonds, mélancoliques.
    Pour les Stones, comme Floriant, "j'ai du mal à y voir plus qu'un excellent groupe de blues rock".
    Quant à Dylan, contre toute attente, j'ai toujours été indifférent à sa musique, comme à son concert aux Vielles Charrues (ni bonjour, ni merci, ni au revoir, des morceaux rendus méconnaissables comme c'est son habitude apparemment).

  • Dan Lédan le 08/11/2023 à 17h33
    Mon bonbon des Kinks moi c'est l'album Muswell Hillbillies ...celui qui me les a fait decouvrir a mes 16 ans...
    Bon je les ai vu à Baltard en 86 je crois mais c'est l'époque ou Dave essayait d'imiter Eddie Van Halen...dispensable (epoque du double live)

  • khwezi le 08/11/2023 à 21h39
    Je pense que Dylan a tourné en live quelques décennies de trop de toutes façon. L'intérêt de son œuvre s'arrête avec les seventies, et réside essentiellement dans son timbre nasillard et ses textes, musique étrange pas faite pour toutes les oreilles.

    Ce qui ne l'empêche pas d'être le plus grand songwriter US du XXe siècle.

  • leo le 08/11/2023 à 21h54
    HasthagDébatDébile

    Le génie absolu des années 60 est évidemment Jimi Hendrix, voyons. Aucun des artistes cités n'a eu son influence sur autant de styles différents que le blues, le rock, le funk et le jazz. Il y a un avant et un après Jimi Hendrix dans toute la musique "populaire" et même au delà, en seulement 4 ans de carrière et 3 albums studios. Sans même parler de l'aspect instrumental et de production.

  • Flo Riant Sans Son le 08/11/2023 à 22h27
    Ouais... Et comme son meilleur morceau est un morceau de Bob Dylan, et qu'il meilleur que l'original...

    Soit la boucle est bouclée, soit on remet une pièce dans la machine.

  • Monsieur Jo le 08/11/2023 à 22h33
    Non non non... oh mercy! Time out of mind et modern Times n'ont rien à envier à leurs prédécesseurs.
    Et tout l'intérêt des concerts de Dylan c'est que justement c'est toujours une nouvelle version. Ce type s'est constamment réinventé.

  • le père fouya le 08/11/2023 à 23h21
    Je me souviens encore de la sortie de Time Out Of Mind (le premier Dylan sorti "mon temps", à un moment où je m'intéressais à lui).
    1997.
    Tout le monde en parlait comme de son album crépusculaire, celui sur lequel planait l'ombre du déclin et de la mort. Son dernier disque, et la fin du Never Ending Tour, c'était certain.
    Alors qu'il ne s'agissait que d'une facétie de Dylan, qui s'amusait à se jouer une fois de plus de nous.
    Quel disque incroyable.

  • rockitrOM le 09/11/2023 à 06h28
    Je partage le même enthousiasme sur Time Out of Mind. C'est fascinant de sortir un tel album aussi inspiré et surtout incarné après 35 ans de carrière. Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'autres exemple de cet ordre, en tout cas cas aucun qui ne m'ait touché à ce point, et qui me scotche encore dès l'intro de "love sick".
    Les concerts de Dylan c'est toute une histoire. Une prise de risque dans la réinterprétation de ses morceaux, avec plus ou moins de succès, une vraie présence sur scène mais dépendant probablement de son état et humeur du moment. Ya des moments ça rate (Marseille en 1998 ou 1999 je ne sais plus), et ya des moments de douce magie (chance de l'avoir vu à Bethel, sur le site du festival de Woodstock en 2012, c'était ouf...)