Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Observatoire du journalisme sportif

Le défouloir pour les "frustrés" de la plume et du micro.

  • JeanLoupGarou le 19/02/2024 à 12h57
    "D'abord la poursuite (où les 60 meilleurs coureurs en sprint partent avec le décalage de temps du sprint: CM 1997, JO 2002) "

    >> J'en profite pour un aparté : J'ai toujours trouvé le concept de la poursuite royalement con.
    Tu as gagné une épreuve donc tu as de l'avance pour la suivante ; ok pourquoi pas, ça marche bien au combiné nordique ou au pentathlon moderne par exemple. Sauf que là (et c'est le seul cas que j'ai en tête), l'épreuve précédente décerne DEJA des médailles.

    Donc le sprint compte quasiment double, en fait.
    C'est comme si on disait au PSG "Bravo pour votre victoire contre Brest, vous commencerez donc votre prochain match (contre Lorient, qui a perdu à Nice ndlr) à 1-0 en votre faveur". Ou pire "Bravo pour votre titre de L1 2022-2023 avec 5pts sur le second, vous commencerez donc la L1 2023-2024 avec 5pts d'avance"

  • Doc Martins le 19/02/2024 à 13h18
    Totalement d'accord avec JLG, s'il y a une épreuve qui ne devrait pas être au programme des JO c'est bien la poursuite. Si on veut de la confrontation autant la remplacer par le relais mixte simple dont le format a largement fait ses preuves.

    (Et ça laisse une place pour le combiné nordique féminin dont l'exclusion n'est plus justifiée depuis plusieurs années maintenant)

  • maDoudou Makhosa-Cisse le 19/02/2024 à 13h56
    Alors je propose une autre solution : on ne décerne rien lors du sprint, on l'utilise simplement comme une épreuve de placement pour la poursuite qui détermine les médailles. On pourrait envisager de le raccourcir encore un peu (avec des anneaux de pénalité plus courts), et ça se déroule en début de journée. Et le même jour on enchaine avec la partie poursuite. Comme un combiné alpin dernière version.
    Et on garde l'individuel pour récompenser les fortiches de l'effort solitaire, sur une distance longue ou intermédiaire (pour le dynamiser).
    Ce serait dommage de se priver d'une course en confrontation.

  • Metzallica le 19/02/2024 à 14h10
    Pour le coup je vous invite à regarder le palmarès des JO. À part en 2022 où il y a eu les mêmes 1-2 en sprint et poursuite homme et femme, il y a rarement eu plus d'un athlète qui prend 2 médailles. Ce qui montre donc que même avec de l'avance tu n'as pas course gagnée d'avance.
    Par contre je suis d'accord que sprint et poursuite devraient être une épreuve en 2 parties sans médaille après le sprint (des points en coupe du monde OK pourquoi pas) .

  • JeanLoupGarou le 19/02/2024 à 14h20
    Oui, un athlète peut se craquer en poursuite. Mais il part avec un bel avantage.
    Et si la stat des JO existe, celle des mondiaux aussi :

    Doublés Sprint-Poursuite :
    - H : 2023 (Boe), 2016 (Fourcade), 2013 (Svendsen), 2012 (Fourcade), 2009 (Bjorndalen), 2007 (Bjorndalen), 2005 (Bjorndalen)
    [les mondiaux étaient tous les deux ans au début, donc Bjorndalen l'a fait 3 fois de suite ; Source Wikipédia]
    - F : 2024 (Simon), 2021 (Eckhoff), 2015 (Dorin), 2008 (Henkel), 2007 (Neuner), 2005 (Disl), 2004 (Poirée)

    Evidemment, il faudrait pour que la stat soit pertinente, pondérer les xTitresPoursuite par l'écart sur le Sprint.
    Plus facile de craquer si 5 biathlètes sont en 30s sur le Sprint, plus dur si tu gagnes avec 1m30 d'avance sur le second.
    Bref.

    La solution de maDoudou me convient parfaitement, une unique épreuve Sprint-Poursuite, sorte de combiné CLM/Couse en ligne.
    Même si en soit, une Mass Start et un relais (plus un mixte) et on remballe, ça suffirait LARGEMENT

  • Doc Martins le 19/02/2024 à 14h26
    Evidemment que les médaillés ne sont pas toujours les mêmes sur les deux courses et encore heureux d'ailleurs sinon ça ferait longtemps qu'elle n'existerait plus. Mais on se retrouve quand même avec un Vincent Jay, 1 victoire en Coupe du Monde sur une course préolympique où les meilleurs n'étaient pas tous là, qui remporte une médaille d'or sur le sprint en grande partie grâce aux conditions météo puis qui en profite pour prendre le bronze sur la poursuite derrière.
    (Mais j'ai rien contre lui, je l'aime bien en plus)

    L'idée d'un "combiné" sprint-poursuite pourquoi pas même si ça fait très exhibition quand même. C'est plus ou moins le format de toutes les exhibitions d'été et d'hiver avec une mass-start en premier.

  • Tonton Danijel le 19/02/2024 à 16h21
    Du coup, tu préfères la une du jour?

  • maDoudou Makhosa-Cisse le 19/02/2024 à 17h48
    C'est un peu le lot des courses olympiques qui doivent souvent se tenir même si les conditions sont changeantes, ce sont aussi des courses où il faut tout risquer car seules trois places (voir une seule pour les plus ambitieux) récompensent. Avec moins d'athlètes au départ pour les nations dominantes en raison des quotas.
    Ça donne certaines disciplines aux résultats surprenants et où les JOs ne reflètent pas vraiment une carrière ; je pense tout particulièrement aux courses de vitesse en ski alpin.
    Depuis Albertville, on trouve aux palmarès des SuperG et Descente des noms qui n'ont jamais dominé (1 ou 2 victoires et 4 ou 5 podiums en carrière) en Coupe du Monde comme Gisin, Roffe, Ledecka, Fisbacher chez les filles, Deneriaz ou Tommy Moe chez les garçons ; et même des skieurs qui n'ont jamais rien gagné d'autre comme Ceccarelli, Lee-Gartner ou JL Crétier.
    C'est le lot de la course du jour J. Ils étaient présents, ils ont assemblé tout mieux que les autres.
    Je ne me souviens pas de toutes ces courses, mais sans doute certains favoris ont pris trop de risques (est ce que Crétier ne gagne pas le jour où Hermann Maier se met l'impressionnante boite en partant en vol plané latéral, avant de revenir gagnant sur le SuperG ?).
    Un globe de cristal récompense souvent le meilleur, un titre olympique célèbre celui qui s'est sublimé au moment voulu.

  • Gazier le 19/02/2024 à 17h53
    N'oubliez pas qu'à l'origine, le biathlon c'est un sport dominé par les allemands de l'est et qu'on skie en classique puisque en Demi pas de patineur
    L'invention de la mass start et du single mixte est récente.
    La télé allemande est le principal décideur, semble t'il.

  • Jah fête et aime dorer Anne le 19/02/2024 à 18h40
    Merci pour le ton.. taquin sans animosité dirons-nous, cela donne toujours envie d'expliquer son avis avec chiffres à l'appui.

    Mais, pour résumer en très gros vu qu'avec un post un peu détaillé ça ne semble pas passer, un reproche que je fais au biathlon c'est de faire quasiment quatre fois la même épreuve (ces quatre épreuves présentant en cumulé moins de différence qu'entre le 100m et le 200m en athlé par exemple).

    Ce serait plus intéressant je pense par exemple avec des distances très différentes (5km, 30km), avec un apport du tir réellement variable (une séance tous les km, une séance tous les 10km).

    Mais en fait Radek a mieux expliqué le truc que moi en moins de mots.



    Pour faire plus long.

    Je précise que je ne dis pas que le biathlon n'est pas un sport agréable, mais que je ne comprends guère son engouement médiatique.

    Tes exemples pour contester mes arguments ne sont pas très bien venus, vu que, oui, il y a plus de variété en quarts de finale d'un tournoi de GC en tennis qu'en biathlon (en 2023, année de faible diversité, chez les hommes et les femmes, 19 noms différents pour 32 places. En 2022, c'est 22 chez les hommes et 25 chez les femmes).
    En football, chez les hommes, il y a même légèrement plus de variété en ligue des champions qu'en biathlon (18 noms différents sur 32 possibles sur les quatre dernières éditions) ; chez les femmes, c'est légèrement inférieur (16 noms sur 32). Et le football est critiqué pour sa faible diversité, donc on peut critiquer le biathlon qui ne fait pas mieux.
    En cyclisme un coureur de spéciale ne sera souvent pas compétitif sur des tours.
    On rabaisse la performance de Phelps et de ses multiples médailles, mais il n'empêche que les résultats globaux en natation indiquent qu'il y a bien plus de différences entre deux épreuves de nage qu'entre deux épreuves de biathlon.

    Mais bon, apparemment, c'est la télé allemande qui a poussé pour ces formats qui permettent de passer facilement l'épreuve à la télé, ok.